Accueil               Méditation               ENSEIGNEMENT               inspiration               TIANSHI               ContacT

 

CHRONIQUE février 2018

S'inspirer d'une facette de la vie de manière zen et spirituelle.

 

 

Les mots des maux.

 

Nos paroles ont une influence indéniable sur nous. À quel point? J’aimerais vous partager mon expérience sur l’essence des mots ou plutôt sur le sens des maux et sa répercussion dans ma vie. Il y a quelques années, j’ai entretenu un inconfort physique associé à de multiples désagréments, jamais identifiés comme maladie. Alors, avec ma détermination à trouver une solution, je me suis tournée vers des approches alternatives jumelées à une démarche d’introspection existentielle. La révélation s’est présentée sous forme de bouquin. Le manuel de Jacques Martel, Le grand dictionnaire des malaises et maladies, s’est avéré une excellente piste à examiner afin de trouver une solution envisageable à mes maux. En le consultant, j’ai découvert des indices permettant de faire le lien avec les symptômes m’accablant depuis si longtemps. Je me suis éduqué sur les mots des maux.

 

Plusieurs éléments tels le yoga, l’alimentation allégée, les séances énergétiques et les ateliers de croissance personnelle, ont contribué, chacune à leur façon, à mon ouverture d’esprit. À une meilleure écoute de mon corps et à ma quête de santé. Cependant, l’histoire des mots fut convaincante. En faisant l’inventaire de mon vocabulaire, j’ai remarqué des répétitions au fil des phrases : « ça m’écœure » ou « je suis écœuré que ça m’arrive » ou encore « j’en ai ras le bol ». Surtout lors de situations embarrassantes, intimidantes ou décevantes. Sans en être pleinement consciente, je venais d’envoyer un message à mon corps pour lui faire comprendre mon trop plein dans le cœur, un surplus dans le foie, une sorte d’écœurantite aiguë. Sans tenter d’explorer la relation entre le ressenti et ces émotions. Cela a persisté durant de nombreuses années. Alors, mon organisme a retenu la leçon : il m’a livré un éventail d’inconforts et de malaises du système digestif, engendrant des répercussions dans ma vie personnelle et professionnelle.

 

Un autre exemple s’avère être : « Ça me fait chi... » Expression bien connue. Le fait de la prononcer sur une base régulière m’a récemment amenée à faire le lien avec le malaise intestinal accéléré qui m’atteignait, reconnaissant bien les intolérances alimentaires installées chez moi. Observer volontairement les mots prononcés fréquemment m’a amené à changer mon verbiage mental et ainsi améliorer ma condition physique. Cette nouvelle perspective m’a valu d’écouter mon corps m’invitant à ajuster mon alimentation en ce sens. De plus, j’ai introduis un nouveau bavardage dans ma tête : « Je suis en confiance et en sécurité. », « Je suis en paix tout est parfait. », « Je m’aime, je m’accepte et je m’approuve ». Ces phrases dites posément tempèrent mes émotions, me conduisent à mieux admettre ce qui se présente. Elles me permettent de mieux tolérer les gens et les choses. D’accueillir les événements, les incidents. D’accepter ce qui ne peut être changé.

 

Se donner la permission d’orienter ses paroles et ses pensées vers l’atteinte du but visé, entraîne un état de paix intérieure propice dans la réalisation de celui-ci. De ce fait, l’organisme reçoit un nouveau message positif et y réponds avec amour et compréhension. La démarche de reconnaître les maux qui nous habitent, d’en exprimer les sensations, le pourquoi de ces agitations – par écrits ou verbalement – aide à transformer notre univers physique en un oasis de soulagement, de réconfort ou d’apaisement. Quels sont les mots répétés couramment ? Portez une attention particulière à votre monologue de l’esprit. Mieux vaut en prendre conscience avant que votre corps ne réagisse à ces paroles. Toutes les expressions véhiculées, surtout empreintes d’une émotion forte ou négative, transitent par le corps sous une forme vibratoire. Et, notre être tout entier s’accorde au diapason de ces mots – et des émotions contenues – pour nous en renvoyer le reflet, à une prochaine étape de notre existence. Conformément. Textuellement. Symboliquement.

 

Ajustons nos paroles pour favoriser une meilleure résonnance en nous. Misons sur l’amour, la joie, l’acceptation, la compassion et le pardon. Que nos intentions véhiculées aujourd’hui en pensées ou en paroles nous permettent de créer dans l’instant un avenir en meilleure forme, débordant de vitalité et de dynamisme. Voyons-nous dans un corps épanoui et resplendissant de santé. Depuis peu, je m’entraîne à remplacer mes vieilles expressions par : « Même si je n’aime pas, ça va aller »; « Cela me déçoit, mais c’est correct »;  « Même si je suis en colère, je respire et tout s’ajuste »; «Je ne peux rien changer, tout fini par passer.» À vous d’écouter vos verbiages mentaux et vocaux et les transformer en de meilleurs mots maintenant afin d’éviter des mauvais maux futurs. Remplaçons les mots du cœur et nous réduirons les maux du corps.

 

 Carole Hamelin

  

« Les maux du corps sont les maux de l'âme. Ainsi, on ne doit jamais chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l'âme.» Platon

 Recevoir les chroniques : INFOLETTRE                                                                                     Poursuivre la lecture : RECUEIL LITTÉRAIRE

 

 

Accueil

Méditation 

Enseignements

Inspirations

Tianshi

Contact  

Chronique

Ressources

Témoignages 

Bibliothèque   

Filmothèque

Musicothèque

Vidéothèque

   @

Référence de

 France Gauthier

 

 

RETOUR EN HAUT

Zénitude Concept

zenitudeconcept.com - Copyright © 2010-2018 - Tous droits réservés - Car Ham Design Web